Quel modèle d'urbanité?

Publié le

Les conceptions de ce que doit être la ville s’affrontent sur la compacité, la diversité, l’espace public, les modes de déplacements, dans un contexte d’urgence écologique qui pèse à juste titre sur le raisonnement citoyen.

 

La ville intense, cCIMG1890.JPGompacte et durable : Paris n’est pas un village ! 
Dans ce débat, nous affirmons clairement le choix d’un cœur de métropole compact, dense, économiquement actif, socialement divers, accueillant pour les familles et solidaire de toute l’agglomération. Ce choix, nous ne le faisons pas en référence à une ville idéale qui aurait existé et qui ne serait plus, mais parce que la force de cette forme urbaine – la ville compacte ou ville dense – est dans son efficacité. Efficacité écologique, sociale et économique. La ville intense est efficace aujourd’hui et pour demain car elle limite l’empreinte écologique de la ville, préserve la cohésion sociale, favorise l’échange, la créativité et l’innovation de toute sorte (technologique, scientifique, artistique). 
Pour cela, utilisons au mieux le foncier, si rare. Partout où le paysage et le contexte le permettent, mettons en place un véritable urbanisme de projet, affranchi des carcans des règlements conservateurs à base de gabarits et d’alignements. Ils ne sont plus aujourd’hui des outils efficients pour aménager certaines grandes emprises de la couronne où se trouvent les derniers terrains libres conséquents. 

La densité y permettra l’intensité urbaine : la mixité et l’émergence dans ces lieux, jusqu’à présent défavorisés sur les plans urbain et social, d’une réelle qualité de vie, car elle autorisera un investissement large de l’espace public, l’apparition de commerces de proximité, de cinémas, d’équipements et de jardins publics. Construire mixte, tout en préservant des espaces libres. Tous ces éléments qui font la qualité spécifique de la vie parisienne ne sont possibles que dans un environnement dense.

Cette ville intense et vivante doit être la ville de l’avenir qui répond aux besoins des populations, sans nuire à l’identité paysagère de Paris. Paris doit résolument se tourner vers son avenir et refuser la tentation passéiste de la recherche d’un âge d’or perdu : Paris, n’est pas un village !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article