Le budget participatif : idéal pour les investissements de voirie

Publié le

Prenons pour commencer les investissements de voirie : environ 200 millions d’€ par an, près de 20% des investissements de la Ville de Paris. Que l’on réaménage une rue, une place ou que l’on installe un feu rouge, ces investissements, avec des montants bien identifiés géographiquement, concernent tout le monde, sont vus et connus de tous.

Ce n’est sans doute pas un hasard si le seul processus de budget participatif expérimenté sur la durée dans Paris, depuis 2001, l’a été par un élu en charge de la voirie, dans le 20e arrondissement. Ce n’est pas un hasard non plus s’il c’est un élu communiste qui a été à l’origine de ce processus. Une démarche qui s’est développée grâce aux structures de démocratie locale que sont les conseils de quartier, qui ont émergé pour la première fois à Paris dans le 20e. Depuis maintenant six ans, chaque année, des commissions des sept conseils de quartier du 20e ont travaillé dans le cadre de réunions publiques ouvertes à tous pour déterminer leurs propositions d’investissements. Des propositions systématiquement évaluées techniquement et financièrement par les services techniques, puis confrontées les unes aux autres dans le cadre de réunions publiques au niveau de l’arrondissement, pour ensuite constituer le budget d’investissement de voirie du 20e.

 

Une première expérience qui a su s’installer sur la durée, rassembler une participation assez nombreuse malgré la technicité du sujet. Une expérience qui s’est appuyé sur un investissement renouvelé des techniciens de la Ville de Paris, qui ont ainsi le moyen de mettre leur expertise au service des habitants.

Il n’y a donc pas eu de travaux dans le 20e qui aient été décidés par le fait du prince, sans concertation. Une procédure limitée à un seul arrondissement, mais qu’il faudrait généraliser, une expérience sur laquelle il faut s’appuyer.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article