La mobilité réduite, cela concerne beaucoup de monde

Publié le

La prise en compte des personnes à mobilité réduite est sans doute un des domaines où la Ville de Paris a le plus progressé dans les six dernières années. On pense en premier lieu aux handicapés physiques, mais il ne faut pas oublier les millions de personnes âgées, les femmes enceintes, les parents avec une poussette ou tout simplement tout un chacun portant une valise ou un gros paquet. Les personnes à mobilité réduite, c’est tout le monde un jour ou l’autre.

 

Une large concertation a été ouverte très tôt après 2001 avec de nombreux acteurs associatifs pour déterminer un schéma directeur d’accessibilité de la voirie parisienne, qui a défini et c’est heureux une politique cohérente pour tous les types de handicaps. Un des meilleurs symboles : les poteaux hauts avec des boules blanches et les bandes au sol qui ont été généralisés pour aider les nombreuses personnes mal-voyantes à se diri19-manif-transports2005-elus-IDF.jpgger en ville.

Pour les transports publics, de nombreuses choses ont été réalisées également, avec la mise en accessibilité de nombreuses lignes de bus. Tout n’est pas parfait dans ce domaine, mais on progresse, et des financements sont débloqués, en particulier par la Ville et par la Région.

Pour les transports dits lourds ou ferrés, cela avance aussi. Des programmes de mise en accessibilité de toutes les gares du RER A et RER B sont en cours de déploiement. Des centaines de millions d’€ sont investis et vont l’être par la Région Ile-de-France.

Les choses sont moins avancées, mais en cours d’étude pour les autres lignes de RER et de trains. C’est un chantier en tout de plus d’1 milliard d’€, mais après des décennies de non-prise en compte de ces problèmes, les choses sont enclenchées. L’essentiel des gares devraient être accessibles dans un futur pas trop éloigné.

 

Bus, RER, cela avance. Mais il manque un maillon essentiel à Paris : le métro (vous verrons ensuite un maillon encore plus essentiel, l’espace public). Et là, cela devient plus difficile. Il y a un enjeu financier, mais un enjeu technique parfois difficilement surmontable. Les stations et les couloirs conçus il y a un siècle pour beaucoup sont tels qu’il est souvent difficile d’envisager placer des ascenceurs pour atteindre la plupart des quais, laors que c’est possible pour les RER, aux stations beaucoup plus larges. Et ne parlons même pas des couloirs de correspondances perclus d’escaliers. Adapter le réseau métro, cela pose des problèmes très complexes, et cela ne pourra être fait que partiellement. La ligne 14, de conception récente est accessible, mais elle risque bien de rester la seule des lignes actuelles.

 

C’est là qu’interviennent de façon décisive les nouvelles lignes de transport, qu’il faut de toute façon réaliser, et qu’on peut construire accessibles à tous (il suffit de le prévoir avant). Les tramways jouent un rôle essentiel, et les deux boucles créées avec celui des Maréchaux et celui des gares offriront à terme un maillage intéressant de rocades. Un maillage avec une ligne essentielle : la fameuse rocade de métro rapide, indispensable pour désengorger la banlieue, et indispensable aussi pour les personnes à mobilité réduite.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article