Les piétons, une priorité pour mieux vivre en ville

Publié le

La question des sens de circulation ne doit pas être une question avant tout d’automobiliste, mais avant tout de piéton. C’est en partant des besoins des piétons, et singulièrement des besoins des plus fragiles d’entre eux, les enfants, qu’on aménagera au mieux la ville. L’idée du code de la rue qui doit primer sur le code de la route est une bonne idée, une bonne façon de concevoir la ville et son espace public.

  CIMG2043.JPG

Il y a encore beaucoup de trottoirs à élargir, de places à aménager, pour que les trajets de piétons soient plus faciles, plus agréables. C’est un enjeu de fond de société, pour la qualité de vie en ville.

Cette qualité du déplacement à pied en ville doit être travaillée de façon systématique, mais sans manichéisme, sans l’imposer ex nihilo à des habitants dans la concertation. Elle passe par deux types de choix : les sens de circulation qui organisent les flux, et les investissements de voirie, qui aménagent l’espace.

Ces choix, ces aménagements doivent être travaillés ensemble, au cours de processus de concertation nécessairement longs et complexes, mais qui peuvent offrir aux habitants l’occasion de travailler sur l’espace public, de le repenser. 

 

Chaque conseil de quartier parisien pourrait engager au cours de chaque mandature municipale une réflexion de fond autour de l’espace public, dans le cadre de réunions publiques associant largement habitants, élus, techniciens de la ville. Ces réunions de travail offriraient à tous les habitants et usagers de la ville de réfléchir sur l’espace public, et pas seulement à ceux de quelques quartiers « pilotes », privilégiés de fait. Ces réflexions pourraient déboucher sur des propositions d’aménagement qui serviraient de « boîtes à outils » pour la construction des budgets d’investissements de la ville, budgets participatifs bien évidemment dans ma conception.

 

Ces réflexions de fond pourraient déboucher également sur des propositions de modifications de sens de circulation si cela s’avérait nécessaire. Mais en partant des besoins des habitants, et sans les plaquer sur ceux-ci.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article